Les retouches beauté je ne ferai jamais

Voici une un petit article coup de gueule/cri d’Amour. Oui, encore un.

Alors ce n’est pas absolument pas contre toi qui m’a demandé une retouche beauté. Ni toi qui voulais une retouche beauté. Ni toi non plus qui voulait aussi une retouche beauté. Ou encore toi, qui a essayé de me convaincre de faire une retouche beauté. C’est un coup de gueule contre cette société qui vous fait croire que vous avez besoin d’un bon coup de Fotoshop pour avoir un beau visage ou un beau corps.

Je comprends

Que ton poids te complexe, que tu en aies « trop » ou « pas assez »
Que tes cicatrices te chagrinent
Que tes cernes te gênent
Que tes rides ne sont pas les bienvenues
Que tu veuilles atteindre une certaine forme d’idéal et être sublimé.e sur tes photos.
Et je comprends. J’accepte. Bien sûr c’est normal. C’est humain. Evidemment je compatis. Car tu sais quoi ? J’en ai aussi, des complexes pourris sur des défauts majeurs et mineurs qui ne font pas pour autant de moi une personne moche. Alors s’il te plait, toi qui me lis, crois moi quand je te dis que je comprends tes complexes.

Mais je n’y toucherai jamais

Ce poids qui te gêne c’est le signe de ta lutte, des épreuves que tu as traversées, auxquelles tu as survécu.e, desquelles tu t’es relevé.e et qui ont forgé ce corps imparfait, mais ce corps qui, l’air de rien, te porte encore aujourd’hui, est là encore aujourd’hui, te permet de vivre encore aujourd’hui.

Ces cicatrices ce sont les signes du passé, preuves que tu as été insouciant.e peut être, que tu as été blessé.e sans doute et que tu t’es relevé.e, sans aucun doute. Ces cicatrices c’est la marque que ton corps est capable de se battre, de guérir, de se remettre, et de transcender les blessures. Et toi aussi.

Ces cernes ce sont les nuits de sommeil qui te manquent à veiller tes enfant.e.s qui te réclament et que tu ne peux décemment pas laisser pleurer seul.e.s dans leur chambre ; ou le soucis causer par tes parent.e.s, ou cet être cher qui ne va pas aussi bien que tu aimerais. Bref, ces cernes sont la marque de la personne bienveillante, attentionnée et soucieuse du bien être d’autrui que tu es et qui se donne pour les gens qu’elle aime.

Ces rides qui se dessinent sur ton visage de manière plus ou moins prononcées, c’est le bonheur des années passées, les inquiétudes aussi, les éclats de rires, les chagrins, les grandes joies, les peurs, les colères, les sourires, le fou-rires… Comme les cercles au coeur du tronc des arbres, ce sont les marques du temps qui racontent ta vie et retracent ton histoire.

Et je suis qui moi ?

Pour venir effacer toute cette histoire sur ton visage et sur ton corps d’un coup de clic magique ? Je suis qui pour réécrire ton histoire en effaçant les moments les plus marquants ? Je suis qui pour oser changer qui tu es et ce que tu as traversé pour être cet être humain que j’ai l’honneur d’avoir pris en photo ? Je suis qui pour te signifier que cet aspect physique de ta personnes est disgracieux en l’effaçant ? Je suis qui pour m’arroger le pouvoir de modifier la personne que j’ai eu la chance de croiser sur mon chemin et le plaisir de photographier ?

Je ne suis personne.

Personne d’autre qu’une humble photographe, dont le métier est de retranscrire en image ce qu’il se passe entre les gens qui s’aiment ; de capturer l’instant fugace qui fait qu’on regarde son passé avec nostalgie et sérénité le sourire au lèvre ; de figer cet éclat de rire si coutumier qu’il a fini pas laisser sa marquer.

Jamais

Je ne volerai ton histoire. Je ne suis pas là pour te faire miroiter ce que tu n’es pas. Je ne suis pas là pour faire la couverture du prochain Vogue de ta personne. Je ne suis personne pour te voler à toi-même.

Trop sensible pour ne pas comprendre tes complexes.
Trop féministe pour les entretenir.

Toi qui me lis, sache que la beauté est partout dans ce monde. Et elle n’a pas besoin de Photoshop pour se révéler. Et toi encore moins.

Je vous aime.

Lysiane

Share to FacebookPin Site ImageTweet This Post

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

*

*